La scoliose

Nous parlons de scoliose quand certaines vertèbres du rachis ont réalisé un déplacement les unes par rapport aux autres dans les trois plans de l’espace (frontal, horizontal et sagittal). Cette modification est permanente.

Elle est détectée le plus souvent par le médecin généraliste, l’ostéopathe ou les parents.

Elle est présente davantage chez les femmes que chez les hommes et se développe le plus souvent entre 0 et 20 ans.

La formation d’une scoliose n’est pas forcement accompagnée de douleur de dos, elle se fait souvent ressentir lors des poussées de croissance.

A l’examen clinique, on observe une gibbosité (bosse à droite ou gauche sur les cotes s’il s’agit d’un scoliose dorsale) lorsque le patient se penche en avant jambes tendues. Il existe également la présence d’une épaule plus haute que l’autre voir d’une jambe plus haute que l’autre.

Capture d_écran 2018-04-16 à 11.09.34

Unknown-1

Sur les clichés radiologiques, les épineuses des vertèbres ne sont plus alignées verticalement les unes par rapport aux autres de par la rotation du rachis dans le plan horizontal. L’angle de la scoliose peut ainsi être calculée.

Pour maintenir le regard à l’horizontal, elle est souvent compensée par les vertèbres sus- ou sous-jacentes et forme alors un « S ».

Elle peut donc avoir différentes formes :

  • C (non compensée par les vertèbres sus et sous-jacantes)
  • S (compensée par les vertèbres sus et sous-jacantes

 

L’attitude scoliotique ou scoliose posturale n’associe quand à elle aucune rotation des corps vertébraux à l’inclinaison. La gibbosité n’apparaît donc pas lors de l’enroulement du rachis. Ce n’est qu’une adaptation à un déséquilibre postural. Celle-ci sera réductible et se corrige en position couchée.

Il faut néanmoins savoir que si la cause d’une attitude scoliotique n’est pas traitée, celle-ci pourra se transformer en une scoliose vraie.

 

La scoliose peut donc être localisée à différents niveaux du rachis :

  • lombaire
  • dorsal
  • cervical
  • à cheval sur deux courbures

 

Les causes sont diverses :

  • Idiopathique, soit sans cause organique identifiée, (70% des scolioses)
  • Génétique (maladie des os de verre, maladie de Duchenne…)
  • Métabolique (ostéoporose le plus souvent)
  • Congénitale (fusion de deux vertèbres)
  • Traumatique
  • Anatomique (différence de longueur de jambe, déformation du thorax, hyperlaxité…)
  • Infectieuse (sondylodiscite, abcès para-vertébraux…)
  • Hormonale (ostéoporose suite à la ménopause)
  • Neurologique (maladie de Friedreich, poliomyélite…)
  • Positionnelle (acquise chez l’adulte le plus souvent)

 

Plus elles débutent tôt, plus elles ont un risque d’évoluer. Il peut y avoir des conséquences cardio-respiratoires voir neurologiques dans les cas les plus évolués.

 

Traitement d’une scoliose :

– L’ostéopathie : Le but est de redonner de la mobilité au rachis et de travailler sur les effets secondaires de la scoliose (douleur d’épaule liée à la présence d’une bascule de la ceinture scapulaire, douleur en bas du dos liée à la bascule du bassin). L’ostéopathie permet d’améliorer le confort de vie du patient. Elle a également un rôle préventif, surtout chez les enfants, et permet la détection des attitudes scoliotiques qui sont encore corrigeables.

– La rééducation : La kinésithérapie musculaire et/ou respiratoire, méthode Mézières pour les muscles spinaux. Le renforcement musculaire réalisé par le kinésithérapeute est souvent indispensable à la stabilisation voir réduction de la scoliose.

– La podologie : si différence de longueur de jambe il y a, le port de semelles orthopédiques permettra de stabiliser le bassin et la progression de la scoliose chez l’adolescent.

– Orthopédique : le corset a pour but de corriger les déformations existantes et de permettre une évolution plus harmonieuse du rachis durant le reste de la croissance osseuse.

– Chirurgical : à l’aide de tiges de contention.

 

Conseils :

  • favoriser la natation (notamment le crawl et le dos)
  • faire des étirements pour le dos (voir article:  Etirements du dos)
  • limiter le travail debout
  • limiter les ports de charge d’autant plus ceux asymétriques

Si vous avez des questions n’hésitez pas à contacter votre ostéopathe de Lieusaint / Carré Sénart Aurore Anceaux au 06 86 79 88 35.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s