Qu’est ce que la constipation ? Que faire pour stimuler son transit?

constipation 1

La constipation touche une personne sur cinq et d’avantage les femmes (une sur deux).

On parle de constipation lorsque l’on a un retard ou une difficulté à évacuer les selles.

Elle devient chronique à partir du moment où elles sont inférieures à 3 fois par semaine sur une période de plus de 6 mois. Les selles sont dures, sèches et difficiles à évaluer. Les vraies constipations peuvent être alternées de diarrhées.

 

Les facteurs peuvent êtres multiples :

  • environnementaux :
    • sédentarité (chez les personnes âgées +++),
    • se retenir d ‘aller aux toilettes quand on est au boulot ou à l’école.
    • déplacements (vacances, voyage d’affaires…)
    • lié à l’alimentation (déshydratation, alimentation non équilibrée)
    • stress
  • lié à un état passager : une grossesse
  • anatomique (un colon trop long et/ou trop large : dolichocôlon et/ou mégacôlon)
  • à un traitement médicamenteux (maladie de parkinson, HTA, dépression…)

 

La présence d’un ralentissement des contractions de la paroi intestinale entraine une stagnation des selles, et, un dessèchement de la paroi intestinale favorise la formation de selles sèches et dures qui deviennent difficiles à évacuer.

 

Symptômes :

Ballonnements, sensations de pesanteurs, perte d’appétit liée au gavage, douleurs au niveau du ventre, modification du rythme et de la consistance des selles…

 

Conséquences :

A long terme, cela peut être à l’origine d’hémorroïdes, liées à l’augmentation de la pression au niveau de l’abdomen. Si les selles ne sont plus éliminées ou très peu, dans les cas extrêmes, on peut voir apparaître une occlusion intestinale.

 

Conseils :

  • En cas de ballonnements, évitez les aliments qui fermentent (choux, flageolets, haricots blancs…), évitez les repas riches en graisse ou épicés.
  • Evitez les féculents qui mettent plus de temps à être digérés (pâtes, riz, pommes de terre…)
  • Favorisez les aliments riches en fibres (légumes verres, les fruits frais ou secs, le pain complet, les céréales, la salade…)
  • Bonne hydratation 1,5L d ‘eau à 2L
  • Favoriser la marche qui stimule la motricité intestinale
  • Manger à des horaires fixes en prenant le temps qu’il faut
  • Ne pas s’acharner à pousser trop fort aux toilettes (risques d‘hémorroïdes…)
  • Les laxatifs (qui augmentent soit la contractilité de la paroi intestinale, soit la présence de gaz favorisant l’évacuation des selles, soit qui maintiennent les selles humides…évitez les laxatifs irritants)
  • Enfin, une prise en charge par votre ostéopathe peut favoriser l’élimination des selles par la stimulation du péristaltisme intestinale.

Vous devez consulter votre médecin généraliste en cas de l’apparition brutale d’un constipation ou de son aggravation récente !!!

constipation 2

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter votre ostéopathe Aurore Anceaux au 06 86 79 88 35.

 

 

 

Les reflux du nourrisson et les bienfaits de l’ostéopathie

 

Quand parle-t-on de reflux:

Il s’agit de reflux lorsque le contenu, souvent liquide, de l’estomac remonte de long de l’œsophage voir dans la bouche. Les reflux de bébé peuvent également s’accompagner de régurgitations qui sont des vomissements sans effort appelées reflux gastro-œsophagiens (RGO). Elles se produisent entre 1 à 20 minutes après les repas et le plus souvent au cours des 3 à 5 premiers mois après la naissance.

 

A quoi sont-ils dû :

Tout d’abord, il faut rappeler que le muscle permettant de fermer l’estomac de l’œsophage est encore immature chez le bébé, ce qui peut expliquer certains reflux de bébé. Ce muscle se consolide tout au long de la première année de vie.

Un bébé trop gourmand présentera aussi des RGO car la quantité de lait par rapport au volume de son estomac est trop importante.

Une intolérance ou une allergie au lait peut également en être la cause.

Une anomalie au niveau de la deuxième porte de l’estomac (le pylore), celle qui conduit vers les intestins, peut également en être responsable.

Il peut se produire des RGO lors d’une différence de pression entre le thorax et l’abdomen: changement de position de bébé surtout lorsqu’on va l’allonger sur le dos.

D’un point de vu mécanique, lors de l’accouchement, des pressions ont été exercées au niveau des os du crâne et certains peuvent comprimer un des nerfs s’occupant d’une partie de l’innervation digestive.

Votre ostéopathe pourra donc aider votre enfant, notamment s’il s’agit de rééquilibrer la pression entre la cage thoracique et l’abdomen de bébé ou s’il s’agit d’un blocage mécanique post-traumatique de l’accouchement nuisant au bon fonctionnement digestif de bébé.

 

Comment savoir si bébé souffre de RGO :

  • En cas de régurgitation, c’est facile car du lait va remonté à distance des repas autour de la bouche de bébé mais parfois les reflux peuvent être silencieux c’est à dire sans régurgitation / vomissement.
  • Bébé peut pleurer et gesticuler dans le berceau sans parvenir à se calmer malgré vos bercements et comptines…parfois il refusera même le biberon.
  • Bébé peut avoir du mal à s’endormir surtout s’il est sur le dos et se réveiller la nuit de part l’irritation au niveau de l’œsophage.
  • Il peut également avoir des manifestations respiratoires : toux, étouffements, pneumonies ou bronchospasmes à répétitions…
  • Certaines affections peuvent apparaître secondairement au niveau de la sphère oto-rhino-laryngée : otites, sinusites, rhinopharyngites, laryngites…

 

Attention !

  • Si bébé rejette de la bile (liquide jaunâtre ou verdâtre) ou du sang
  • Si bébé a des vomissements en jet
  • Si bébé perd du poids à cause des vomissements ou par perte d’appétit
  • Si bébé fait des pauses respiratoires longues

Un rendez vous chez votre pédiatre s’impose pour la santé de bébé !

 

Quelles solutions :

  • Adapter la taille de la tétine pour limiter le débit de lait absorbé.
  • Faire des pauses lors de la tétée pour permettre l’évacuation de l’air absorbé lors de la déglutition.
  • Essayer de bien faire le rot de bébé après les repas.
  • Attendre 20 à 30 minutes avant d’allonger bébé après un repas et de préférence le mettre dans un siège incliné. Pour la nuit, il suffit de surélever légèrement son matelas d’un coté.
  • Eviter que bébé ne soit pas trop redressé pour ne pas comprimer l’estomac
  • Utilisation de lait épaissit voir certains médicaments limitant les reflux (conseils par votre pédiatre).
  • Consulter votre ostéopathe pour qu’il vérifie la bonne mécanique du crâne, les pressions exercées sur l’estomac de bébé ainsi que le bon fonctionnement de la succion.

 

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à contacter votre ostéopathe de Lieusaint / Carré-Sénart  Aurore Anceaux au 06 86 79 88 35.